« Le public doit comprendre qu’interdire le glyphosate augmentera le prix des aliments. »

Krzystof, producteur fruitier polonais, explique en quoi l’utilisation du glyphosate pour désherber efficacement lui permet de produire des pommes et des cerises d'excellente qualité sur son exploitation.

 

« My name is Krzystof and I’m 53 years old. I produce apples and cherries not far from Warsaw, in central Poland. It was my grandfather who originally planted an orchard here before the Second World War; there were apple and pear trees.

I was born in what had become a family of fruit growers. Little by little, my father abandoned farming and raising cows and pigs, to focus solely on fruit production.

I imagine my father was born to be a fruit grower. At that time, fruit growing was not as developed in our country. He learned his job from teachers who started the movement in Poland.

When I started farming again in the 1980s, I made some changes. In particular, I built a refrigerated warehouse with a controlled atmosphere, and we also built a nursery for the fruit rootstocks we imported. We had already started using glyphosate on our farm in the early 1980s.

« The public must be aware that removing glyphosate from the marketplace would have an extremely negative impact on fruit production.  »  Krzystof, Polish farmer

Before glyphosate, we started using other herbicides, which had already improved the situation on our farm. This allowed us to spend more time producing apples and less time fighting weeds. It was enough to apply a herbicide once every three or four weeks, and all the weeds disappeared.

When we introduced glyphosate, our situation got even better. Now, we apply glyphosate on our crops twice a year. And, if weed growth is greater over the course of a year, we apply additional application in the fall.

The benefits of glyphosate is that we now have an effective way to fight weeds. We used it around our young trees and now the soil around their feet is clean and clean; there is no weed. We will proceed to the next application when the weeds are about 5 cm high when they are germinating.

 

 

Mon père m’a appris beaucoup de choses, mais ce qui est le plus important pour un fruiticulteur, c’est ce que nous appelons la ponctualité. Dans ce métier, vous ne pouvez rien remettre au lendemain. Dans un verger, vous ne pouvez pas attendre demain pour désherber. Si le bon moment est aujourd’hui, alors il faut le faire, et si personne n’est là pour vous aider, alors vous devez le faire vous-même.

Nous n’avons qu’une seule récolte par an, donc nous devons en prendre soin. C’est cette approche que nous devons transmettre à la jeune génération. Ils doivent apprendre qu’ils ne peuvent rien remettre au lendemain, et que même quelque chose d’aussi simple que le désherbage ne peut pas être reportée.

Une autre chose importante que m’a transmise mon père, c’est son enthousiasme. Sa passion pour son verger est si forte que, bien qu’il soit malade et quasiment incapable de se déplacer tout seul, l’année passée, lorsque son verger était plein de cerises, je l’ai amené ici pour le lui montrer, et il a bondi hors de la voiture comme un adolescent. Il a disparu dans le verger et lorsqu’il a réapparu, il marchait sans sa canne. Seule la passion peut vous donner cette force.

Dans nos vergers, nous utilisons le glyphosate deux ou trois fois par saison de croissance. Dans la culture fruitière, les gens ont tendance à utiliser des doses inférieures aux doses recommandées. Nous ne pratiquons l’épandage que sur les sols où poussent les arbres et pas sur les espaces intermédiaires, où il n’y a que de l’herbe.

Comme pour tout autre produit de protection des plantes, le glyphosate doit être utilisé avec précaution, de manière rationnelle et conformément aux instructions.

J’effectue moi-même une grande partie de l’épandage de glyphosate, bien que parfois, c’est l’un de mes employés qui le fait. Tous les deux ans, nous sommes tenus de suivre une formation sur la chimie agricole. Votre certificat expire, donc vous devez assister à un nouveau cours. Mes employés et moi-même suivons ces cours, nous sommes par conséquent bien formés.

Je fais particulièrement attention à la présence éventuelle de vent. S’il y a le moindre souffle de vent, je n’épands pas de glyphosate, car nous l’utilisons uniquement lorsqu’il n’y a aucun vent, pour empêcher qu’il soit transporté sur d’autres sols. Nous procédons ainsi parce qu’il pourrait entrer en contact avec nos pommiers ou d’autres plantes qui sont importantes pour nous.

Le pulvérisateur doit être réglé sur une pression très basse, pour éviter un brouillard de pulvérisation. Vous devez plutôt obtenir de très fines gouttelettes. C’est de cette manière que l’application est la plus efficace et que vous évitez de brûler vos plantes.

The public should be aware that removing glyphosate from the market would have an extremely negative impact on fruit production. The costs of production will undoubtedly increase, because we will have to apply methods of weeding that take more time and energy. When production costs increase, in-store prices also increase. People need to be aware of this.

The use of other herbicides will require many more applications, which will increase environmental pollution. For fruit growers, there is no alternative to glyphosate because no other product gets the same result. «